En soit, ce n'est pas une information de grande importance. Elle ne chagrinera que les personnes attentives au patrimoine qui est aussi sous les chaussures. La rue Jeanne-d'Arc va voir disparaître ses petits pavés roses entre la rue Jean-Lecanuet et les boulevards. Voilà une triste nouvelle pour le patrimoine routier de notre ville. Et ce, sans doute, dans l'indifférence générale.

Les vacances sont en effet l'occasion pour la ville de bitumer à outrance : c'est certes toujours un peu cher, ça donne un air neuf pour un temps et ça prouve que Rouen fait peau neuve. Rassurez-vous, d'ici deux ou trois mois, il y aura d'autres travaux qui détruiront la moitié de l'asphalte déjà posé et nous aurons droit à des plaques de goudrons de toutes les couleurs. Quand Rouen veut faire du moche, elle le fait bien en général. Nous avons, en effet, une grande habitude des patchworks routiers. La rue de la République est un bon exemple : quand des pavés s'en vont, rien ne vaut pour les remplacer qu'une belle rasade de bon goudron. C'est vrai que c'est plus écologique et que ça dure.... La rue de la République a été refaite, il ya quelques années, avec un succès très limité : le plateau piétonnier était juste un vaste bazar où les piétons avaient encore plus de chance de finir en descente de lit qu'auparavant.

Mais voilà qu'on prend la même rue et qu'on recommence. Heureusement, à Rouen, on n'a beaucoup d'argent pour refaire des choses affreuses régulièrement (comme le palais des Congrès....). Après de tels gâchis, on comprend mieux les hausses d'impôts locaux.

Bref, c'est bien la peine de vouloir refaire un square Verdrel en suivant les plans comme à l'époque, si on supprime à ses côtés une rue un peu typique, originale, qui fait que la rue Jeanne-d'Arc est un peu moins anonyme que n'importe quelle autre rue.

Pour autant, Rouen ne s'embellit pas et perd son charme par des disparitions pareilles.

Mais que font les défenseurs du petit patrimoine ?


Rouen, la rue Jeanne-d'Arc va perdre ses petits pavés (Tendance Ouest Rouen)