françois-fillon-jean-pierre-jouyet

Il y a une semaine, Rachida Dati était l'invité de Laurent Ruquier dans son émission amusante et longue du samedi soir On n'est pas couché. Bien sûr, on a parlé de l'affaire Jouyet-Fillon qui monopolise le débat politique actuel pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Chacun décidera. On peut juste constater que quand on parle de ces affaires politiciennes, on ne parle pas d'autre chose. On connaît les gagnants de ces écharpages gauche-droite. On finit par dire que tous ces gens se ressemblent, qu'ils sont tous pareils.... La suite est connue.

Donc, Jean-Pierre Jouyet a confié à des journalistes, qu'au cours d'un déjeuner, François Fillon lui avait demandé d'intensifier les attaques judiciaires contre l'ancien président Nicolas Sarkozy, bref, dans le texte rapporté, d'«aller vite pour lui casser les pattes avant».

L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy est-il, pour rester correct, déloyal ? Rachida Dati a répondu à demi-mot, en évoquant ses déboires dans la conquête de la mairie du VIIe arrondissement, et par voie de conséquence de la non moins prisée mairie de Paris. Pour discréditer l'ancien Garde des Sceaux, la campagne municipale a été lamentable. Selon elle, François Fillon n'a pas joué collectif, comme on dit.

En ajoutant à cela sa lutte à mort pour la présidence de l'UMP, on ne peut pas dire que François Fillon se soit illustré dans les succès. Pire, il y a désormais du sang partout sur les murs.

Jean-Pierre Jouyet, actuel Secrétaire général de l'Elysée, ancien ministre du gouvernement Fillon, figure emblématique de la décriée UMPS, est dans les journaux qualifié de "gaffeur". En effet, quel intérêt aurait-il eu à travestir la réalité des propos échangés ? A droite, on prend la défense molle de François Fillon. Qui y croit ?

Dans ses Etudes d'histoire religieuse, Ernest Renan écrivait :

Le besoin de croire à quelque chose d'extraordinaire est inné dans l'homme.

Alors, vivement le prochain déjeuner enregistré !