emmanuel-macron

Oui, il ne vous a pas échappé que le nouveau président de la République est Emmanuel Macron. La France est donc en marche ! Enfin, en train. Euh, oui, c'est sûr, ça va démarrer. Attention au décollage ! C'est ce que les médias entretienent en tous les cas partout. Gardez bien les yeux ouverts, vous allez voir ce que vous allez voir.

La campagne présidentielle a été rude. C'est le moins qu'on puisse dire. François Fillon s'en souvient, tout comme son épouse Pénélope  ainsi qu'Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Jean-Luc Mélenchon qui depuis ne touche plus terre et tant d'autres qui s'y croyaient déjà. Patatras ! Boum ! Plus qu'un et c'est le jeune Emmanuel Macron de 39 ans - vu l'âge des autres en même temps, on ne peut être que jeune - qui a remporté la mise. Même sa grande rivale, Marine Le Pen, aux portes du pouvoir, s'est vautrée lors d'un débat pathétique pour elle, la décrédibilisant pour le restant de sa carrière politique. N'est-ce pas la stratégie de ce parti politique qui lorsqu'il est capable de conquérir le pouvoir renonce par l'excès ? En ce cas, on se dit que le FN trompe véritablement ses électeurs. Les pauvres ! Ils sont chez eux, comme ils le crient avec autant de ferveur que de débilité. Il se croyaient où ? 

L'élu, notre Emmanuel, est sorti grand gagnant, tel le triomphateur incontesté de cette parade électorale où les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent, comme on dit, et qu'il est bon de redire. 

Aujourd'hui, il est loin déjà le souvenir de cette marche bien léchée vers le podium sis sur la place Napoléon autour d'un Louvre nocturne et d'une nuée de drapeaux tricolores. Il faut remercier bien fort François Mitterrand pour la pyramide qui a fait de notre Emmanuel un véritable Bonaparte des Temps modernes. Du bas de cette pyramide, Emmanuel Macron te contemple, petit peuple ! 

Enfin, rendons à César ce qui appartient à Emmanuel Macron. La prise de fonction du nouveau président a été impeccable.

Tout a été filmé et c'est aussi le drame. On aurait dit un super-héros dans sa jeep bravant les événements et la météo car comme l'ancien locataire élyséen, le futur nouveau a dû affronter la pluie mais la vie est injuste : la pluie qui perle sur le costume d'Emmanuel Macron lui va mieux qu'à François Hollande le poisseux. Il y avait du Roger Moore - paix à son âme - dans cette arrivée à l'Elysée, complétement trempée, refusant le parapluie tendu, non sans humour. Notre Emmanuel est notre James Bond. L'esprit de l'agent 007 va-t-il sortir de ce corps ? 

La suite aux législatives !